Négocier pour adapter les ordonnances à l’entreprise, l’enjeu du moment pour les DRH et les élus du personnel

Les acteurs de l’entreprise commencent à s’approprier le contenu des ordonnances Macron. Ils découvrent les défis que celles-ci recèlent pour l’organisation du dialogue social.

 

 

Pour les DRH, la rigidité de la représentation du personnel créée par les ordonnances génère des difficultés : comment gérer un déménagement de site alors que celui-ci regroupe les salariés de plusieurs activités différentes, représentés par des Comités Sociaux et Économiques séparés et nationaux, et donc des commissions Santé Sécurité Conditions de Travail sur le même périmètre ? Comment donner de la substance à des représentants de proximité dépourvus de la faculté de rendre des avis ou de mandater des expertises ? Comment éviter que les réunions du CSE soient engorgées par la remontée des questions des salariés prises en charge jusqu’ici par les DP ? Comment réintégrer dans des postes normaux les représentants du personnel qui perdront leur mandat avec la mise en place du CSE ?

 

Certains des DRH que nous rencontrons demandent qu’on leur laisse la liberté d’innover et d’adapter. D’autres développent une vision ambitieuse et exigeante du dialogue social post-ordonnances. La masse des DRH silencieux risque de les prendre comme une opportunité de réduire le temps qu’ils consacrent à un dialogue social à l’utilité contestée. Ceux-là se réjouissent de la réduction du nombre d’élus et de réunions qui se profile, sans parler de l’arrêt de la participation des suppléants à celles-ci.

 

Pourtant, disposer d’élus et négociateurs formés et motivés sera indispensable pour espérer conclure des accords innovants, adaptés à l’organisation, aux rythmes et aux spécificités de chaque entreprise. Pour profiter des libertés nouvelles introduites par les ordonnances, et de la primauté affirmée de la négociation d’entreprise sur la loi, les branches mais aussi les contrats de travail, encore faudra-t-il conclure des accords majoritaires, sauf à vouloir s’aventurer dans des référendums incertains.

 

Pour y parvenir, les DRH seraient bien inspirés d’échanger le plus en amont possible avec leurs représentants du personnel sur ce qu’ils souhaitent faire du dialogue social, et d’écouter ce que ceux-ci ont à leur dire. Les sujets ne manquent pas : comment attirer des jeunes dans le militantisme, compte tenu du vieillissement et de la limitation des mandats successifs ? Comment faciliter leur montée en compétence ? Comment valoriser les acquis des mandats et favoriser la réinsertion dans des emplois classiques ? Comment maintenir une représentation de proximité facilitant les régulations au plus proche du terrain, et permettant effectivement aux CSE de se concentrer sur les enjeux stratégiques ? Comment rendre la négociation plus efficace ? Comment développer utilement les moyens mobilisables par les organisations syndicales (formation, communication, expertise…) pour leur permettre d’assumer des responsabilités de plus en plus grandes à l’égard des salariés ?

 

De leur côté, les représentants du personnel ont tout intérêt à imaginer les réponses qui leur iraient bien, et à se préparer, avec leur expert et avocat, à des négociations probables sur le dialogue social. Gardons un repère en tête : le 1er mai 2018, tous les accords deviendront majoritaires. D’ici là, agissons sur les déséquilibres introduits par les ordonnances, c’est l’intérêt de tout le monde, y compris des DRH !

< Retour aux actualités
Tribune ouverte
à la libre expression
Christian
La liberté d'expression et la vie des artistes sont attaquées. Souhaitons que d'autres forces sombres, bien contentes au fond d'elles-mêmes, ne récoltent pas les fruits de la situation. Nous vivons une phase dangereuse de notre histoire, où la démocratie est menacée sur plusieurs fronts. Ne la considérons pas comme acquise, et mobilisons-nous pour la défendre : notre histoire montre que nous n'avons pas toujours été assez vigilants avec ce bien public.
Sandrine
Une condamnation absolue et une colère profonde contre cet acte.
Sauvegardons ce principe fondamental et fondateur de la république qui est la liberté d’expression !!!
Aurélien
Tous unis contre cet acte lâche et insupportable. Tous unis derrière notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité.
Servane
Face à la barbarie, OUI à la satire et aux indispensables provocations !
OUI à la plume et au crayon pour lutter contre les armes et les intégristes de tout poil. C’est la liberté qui est assassinée et mise en danger dans notre pays. Celle aussi d’une expression qui ne doit ni ne peut être soumise aux dictatures idéologiques.
NOT AFRAID, l’amour plus fort que la haine…
Véronique
Après le choc, la colère et l'émotion, le temps de la réaction et de la résistance est venu! Au delà de nos différences, unissons-nous pour préserver le principe de liberté d'expression et nos valeurs démocratiques.
Rafik
C’est avec la plus grande fermeté que je condamne cet acte lâche et barbare.
Je souhaite que ces fous soient rapidement appréhendés et qu’ils répondront de leurs actes.
Le droit à l’expression, fondement de la Liberté, ressortira sans doute renforcer de cette épreuve.
J’en profite pour appeler à combattre toutes les formes de terrorisme en France mais également dans le monde entier.
Marie-Cécile
Il y a quelque 10 ans, j'ai eu le plaisir de travailler pour et avec Cabu. J'ai découvert un homme d'une grande gentillesse, simple, réservé et généreux. Un rebelle au grand cœur. Un Être Humain avec qui j’ai toujours eu plaisir à discuter autour d’un café. Je suis triste aujourd'hui.
Je réserve mes pensées à toutes celles et tous ceux qui le 7 janvier 2015 ont vécu un drame, reflet de la stupidité et de l'intolérance (pléonasme).
N’oublions ni les connus ni les moins connus.
Frédéric G
L’assassinat politique contre la rédaction de Charlie Hebdo est un crime contre l’impertinence joyeuse d’artistes humanistes. Certains voudraient s’en nourrir pour nous emporter dans un torrent de haine mutuelle. Résistons ! Je pleure, je serre les dents, je serre le poing, je le desserre, je me sers un verre, je ris, je n’ai pas peur : parce qu’aujourd’hui et pour longtemps, comme vous, je suis Charlie !