De l’intelligence des primaires

 

La primaire de gauche n’a fait qu’effleurer le sujet, sans non plus susciter un enthousiasme délirant, malgré quelques propositions fortes, en particulier sur la place des salariés dans les organes de gouvernance, que le candidat élu souhaite développer dans la prolongation des lois de sécurisation de l’emploi et Rebsamen. C’est une bonne orientation.

 

Ces propositions, comme l’instauration d’un droit de véto pour les Comités d’Entreprise (dont on peut douter qu’il serait effectivement mis en œuvre), reposent toutefois sur des mesures impératives et de portée nationale. En passer par là est parfois nécessaire, mais n’aide pas à changer les regards ni à faire évoluer les mentalités en profondeur. Or, c’est bien d’un handicap culturel dont nous souffrons en France.

 

À leur échelle, la Loi de Sécurisation de l’Emploi, puis dans une certaine mesure la loi Travail (malgré ses défauts et ses déséquilibres), ont indiqué une autre voie : donner davantage de liberté aux acteurs du dialogue social dans l’entreprise, et leur donner la capacité de générer des avantages équilibrés par la négociation. Cette vision est sans doute un peu fleur bleue, mais il faut se donner le temps d’évaluer ses effets, car elle a beaucoup d’ambition.

 

Certains reconnaîtront dans ces débats le sourd combat séculaire entre montagnards et girondins, non sans raisons. C’est notre mythologie nationale, et quelque part notre malédiction.

 

 

À Sextant nous pensons que générer de l’innovation et des avantages compétitifs dans une économie mondialisée suppose pour l’entreprise de faire s’exprimer à plein la créativité et l’énergie des salariés. Cela s’accommode mal de modes de gestion hyper-hiérarchisés ou de relations professionnelles dégradées, maux dont nous souffrons particulièrement en France, ainsi qu’en attestent les travaux récents de la Fondation de Dublin, entre autres. Notre dialogue social, parfois dégradé, plus souvent immature, n’est que le symptôme d’un mal plus profond qui handicape notre économie et notre capacité à créer des emplois.

 

Pourtant, dans les start-ups, dans des PME provinciales, dans certaines grandes entreprises à l’écoute des jeunes générations, de nouvelles pratiques sont expérimentées, et génèrent du sens au travail et des avantages économiques. Ce sont des innovations à bas bruit, moins médiatiques qu’un pneu qui brûle ou la rodomontade d’un politique en mal d’attention, mais qui donnent raison d’espérer.

 

Faisons confiance à l’intelligence, elle est moins rare qu’on ne le croit !

< Retour aux actualités
Tribune ouverte
à la libre expression
Christian
La liberté d'expression et la vie des artistes sont attaquées. Souhaitons que d'autres forces sombres, bien contentes au fond d'elles-mêmes, ne récoltent pas les fruits de la situation. Nous vivons une phase dangereuse de notre histoire, où la démocratie est menacée sur plusieurs fronts. Ne la considérons pas comme acquise, et mobilisons-nous pour la défendre : notre histoire montre que nous n'avons pas toujours été assez vigilants avec ce bien public.
Sandrine
Une condamnation absolue et une colère profonde contre cet acte.
Sauvegardons ce principe fondamental et fondateur de la république qui est la liberté d’expression !!!
Aurélien
Tous unis contre cet acte lâche et insupportable. Tous unis derrière notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité.
Servane
Face à la barbarie, OUI à la satire et aux indispensables provocations !
OUI à la plume et au crayon pour lutter contre les armes et les intégristes de tout poil. C’est la liberté qui est assassinée et mise en danger dans notre pays. Celle aussi d’une expression qui ne doit ni ne peut être soumise aux dictatures idéologiques.
NOT AFRAID, l’amour plus fort que la haine…
Véronique
Après le choc, la colère et l'émotion, le temps de la réaction et de la résistance est venu! Au delà de nos différences, unissons-nous pour préserver le principe de liberté d'expression et nos valeurs démocratiques.
Rafik
C’est avec la plus grande fermeté que je condamne cet acte lâche et barbare.
Je souhaite que ces fous soient rapidement appréhendés et qu’ils répondront de leurs actes.
Le droit à l’expression, fondement de la Liberté, ressortira sans doute renforcer de cette épreuve.
J’en profite pour appeler à combattre toutes les formes de terrorisme en France mais également dans le monde entier.
Marie-Cécile
Il y a quelque 10 ans, j'ai eu le plaisir de travailler pour et avec Cabu. J'ai découvert un homme d'une grande gentillesse, simple, réservé et généreux. Un rebelle au grand cœur. Un Être Humain avec qui j’ai toujours eu plaisir à discuter autour d’un café. Je suis triste aujourd'hui.
Je réserve mes pensées à toutes celles et tous ceux qui le 7 janvier 2015 ont vécu un drame, reflet de la stupidité et de l'intolérance (pléonasme).
N’oublions ni les connus ni les moins connus.
Frédéric G
L’assassinat politique contre la rédaction de Charlie Hebdo est un crime contre l’impertinence joyeuse d’artistes humanistes. Certains voudraient s’en nourrir pour nous emporter dans un torrent de haine mutuelle. Résistons ! Je pleure, je serre les dents, je serre le poing, je le desserre, je me sers un verre, je ris, je n’ai pas peur : parce qu’aujourd’hui et pour longtemps, comme vous, je suis Charlie !