Loi Travail : elle est là, formez-vous !

Alors que le quinquennat de François HOLLANDE avait plutôt bien démarré pour la démocratie sociale, avec des conférences annuelles orientant les débats entre partenaires sociaux, et certains accords majeurs (par exemple sécurisation de l’emploi, traduite en loi LSE en 2013), le parcours chaotique de la loi Travail a marqué une régression importante. En particulier, concertation et négociation ont été sacrifiées aux contraintes de l’agenda politique, au mépris de l’esprit sinon de la lettre de l’article L1 du Code du travail, même si le projet de loi a néanmoins pu évoluer positivement au fil des mois.

 

L’hystérie qui s’est emparée de la plupart des acteurs sociaux et politiques durant cette période montre à quel point la loi Larcher, votée après l’échec du CPE, conserve sa légitimité.

 

Renforcer la place de l’accord d’entreprise (et de branche) dans notre droit du travail supposait un débat de fond et des contreparties équilibrées. Tel n’a pas été le choix du gouvernement.

 

Les résultats du conflit sont catastrophiques, avec des acteurs syndicaux, patronaux et politiques fortement décrédibilisés, une radicalité et une préférence pour l’affrontement qui se développent dans tous les camps, et une loi de 248 pages très peu expliquée et incomprise, au point que certains candidats parlent déjà de l’abroger faute d’être autre chose qu’une série de mesurettes. C’est pourtant loin d’être le cas !

 

La loi Travail s’inscrit dans les évolutions que connaît notre droit social depuis 10 ans. Ses principales orientations ne seront donc pas modifiées après 2017, compte tenu du relatif consensus existant sur une série d’enjeux entre la droite et la gauche de gouvernement.

 

Bien que les réformes majeures se succèdent à un rythme de plus en plus décourageant, il faut continuer à se former, et Sextant vous proposera donc au dernier trimestre des conférences sur la loi Travail permettant aux représentants du personnel de s’informer des changements à connaître, des opportunités à saisir et des risques à contrôler.

 

D’ici là, nous vous souhaitons avoir fait le plein d’énergie pendant vos vacances, et de vivre une excellente rentrée !

< Retour aux actualités
Tribune ouverte
à la libre expression
Christian
La liberté d'expression et la vie des artistes sont attaquées. Souhaitons que d'autres forces sombres, bien contentes au fond d'elles-mêmes, ne récoltent pas les fruits de la situation. Nous vivons une phase dangereuse de notre histoire, où la démocratie est menacée sur plusieurs fronts. Ne la considérons pas comme acquise, et mobilisons-nous pour la défendre : notre histoire montre que nous n'avons pas toujours été assez vigilants avec ce bien public.
Sandrine
Une condamnation absolue et une colère profonde contre cet acte.
Sauvegardons ce principe fondamental et fondateur de la république qui est la liberté d’expression !!!
Aurélien
Tous unis contre cet acte lâche et insupportable. Tous unis derrière notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité.
Servane
Face à la barbarie, OUI à la satire et aux indispensables provocations !
OUI à la plume et au crayon pour lutter contre les armes et les intégristes de tout poil. C’est la liberté qui est assassinée et mise en danger dans notre pays. Celle aussi d’une expression qui ne doit ni ne peut être soumise aux dictatures idéologiques.
NOT AFRAID, l’amour plus fort que la haine…
Véronique
Après le choc, la colère et l'émotion, le temps de la réaction et de la résistance est venu! Au delà de nos différences, unissons-nous pour préserver le principe de liberté d'expression et nos valeurs démocratiques.
Rafik
C’est avec la plus grande fermeté que je condamne cet acte lâche et barbare.
Je souhaite que ces fous soient rapidement appréhendés et qu’ils répondront de leurs actes.
Le droit à l’expression, fondement de la Liberté, ressortira sans doute renforcer de cette épreuve.
J’en profite pour appeler à combattre toutes les formes de terrorisme en France mais également dans le monde entier.
Marie-Cécile
Il y a quelque 10 ans, j'ai eu le plaisir de travailler pour et avec Cabu. J'ai découvert un homme d'une grande gentillesse, simple, réservé et généreux. Un rebelle au grand cœur. Un Être Humain avec qui j’ai toujours eu plaisir à discuter autour d’un café. Je suis triste aujourd'hui.
Je réserve mes pensées à toutes celles et tous ceux qui le 7 janvier 2015 ont vécu un drame, reflet de la stupidité et de l'intolérance (pléonasme).
N’oublions ni les connus ni les moins connus.
Frédéric G
L’assassinat politique contre la rédaction de Charlie Hebdo est un crime contre l’impertinence joyeuse d’artistes humanistes. Certains voudraient s’en nourrir pour nous emporter dans un torrent de haine mutuelle. Résistons ! Je pleure, je serre les dents, je serre le poing, je le desserre, je me sers un verre, je ris, je n’ai pas peur : parce qu’aujourd’hui et pour longtemps, comme vous, je suis Charlie !